Bienvenue sur le site du département d'histoire

Motion votée par l'Assemblée générale du département d'histoire à l’unanimité des présent.e.s le 27 janvier 2020:

Les Enseignant.e.s-Chercheur.e.s de l'Université de Paris-Nanterre réuni.e.s en assemblée générale du département d’histoire prennent collectivement position contre le projet de LPPR qui entend enfermer l'enseignement et la recherche dans une logique de compétition de gestion à court terme et de précarisation généralisée annonçant ainsi:

la remise en cause des fonctions du CNU et de la collégialité de l'évaluation des carrières par les pairs ;

l’amplification de la contractualisation et de la précarisation dans l’ESR et des personnels BIATSS et ITA ;

la remise en cause du statut des Enseignant.e.s - Chercheur.e.s et des Chercheur.e.s avec la disparition de la référence aux 192h équivalent TD.

Cette réforme s'inscrit dans un mouvement plus général de destruction du service public et de remise en cause de la protection sociale, mouvement que l'on retrouve dans la réforme des retraites. Les enseignant.e.s-Chercheur.e.s s'opposent également à la réforme des retraites en cours qui annonce:

la remise en cause de la logique de solidarité nationale, fondement du principe de la retraite par répartition;

la baisse des pensions ;

l’allongement de la durée des carrières.

Nous appelons l'ensemble des collègues, administratifs et enseignants, précaires ou titulaires, de l'ESR à s'exprimer et à se mobiliser selon les modalités qu'elles et ils choisiront (faire cours avec un brassard ‘en grève’, ouvrir l’espace de cours et en faire un lieu de discussion sur les réformes, informer systématiquement les étudiant.e.s sur le contenu des réformes, ne pas pénaliser les étudiant.e.s qui participent aux mobilisations, spécialement lors des journées d’action interprofessionnelles, participer aux manifestations et à la mobilisation nationale, grève et/ou démission des responsabilités administratives, rétention des notes, et/ou toute autre initiative jugée souhaitable et pertinente, refus de participer au fonctionnement de l’HCERES, refus de candidater aux appels à projets).

Nous nous inscrivons ainsi dans la lignée de multiples initiatives des UFR, départements, laboratoires et revues et appelons à amplifier le mouvement.
 
L’université Paris Nanterre est un des pôles majeurs de l'enseignement et de la recherche française en histoire pour toutes les périodes (histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine). Le département d'histoire comprend une cinquantaine d’enseignants-chercheurs.
Outre les grands domaines de l’histoire comme l’histoire de l’Antiquité grecque et romaine, du Moyen Âge occidental, des sociétés européennes d’Ancien Régime, de la France et de l’Europe à l’époque contemporaine, il existe à Nanterre certains domaines de spécialité particulièrement développés : le monde arabo-musulman à l’époque médiévale, le haut Moyen-Âge, l'histoire de l’Amérique latine, les espaces coloniaux, les conflits du XXe siècle, la mondialisation, l’histoire économique et financière de la France contemporaine.

TWITTER

Suivez les actualités du département sur Twitter


Mis à jour le 29 janvier 2020